vendredi 10 novembre 2017

Reconversion professionnelle, ce parcours du combattant !

Il est loin le temps de nos parents qui commençaient leur carrière dans une entreprise et en ressortaient 40 ans plus tard en ayant fait le même métier.
Il est loin le temps où, pour changer de chaîne de télévision, il fallait appuyer sur le bouton correspondant à la chaîne. Depuis, nous avons rencontré... LA TÉLÉCOMMANDE ! Nous sommes peu à peu devenus une société zapping, avec ses codes, ses avantages et ses inconvénients. Plutôt que d'analyser les mots, nous analysons les images. Quand quelque chose nous fatigue, nous zappons ! L'histoire d'amour, le travail, tout y passe !
D'ailleurs, les statistiques pullulent sur les nouvelles relations au travail : le constat d'un désengagement au travail, le temps de fidélisation de plus en plus court, une reconversion de plus en plus importante... Il est à noter aujourd'hui que nous sommes de plus en plus en quête de sens. Pour cela, bien connaître les attentes, les contraintes et les motivations des candidats est important. Pour eux d'abord car cela leur permettra de ne pas perdre de temps dans leur recherche. Pour nous également car cela nous obligera à mieux cibler les possibilités, augmenter l'engagement des futurs collaborateurs et les rendre opérationnels plus rapidement.
Le stage d'immersion en entreprise, une future responsabilité sociétale ?
Or, beaucoup de personnes se disent "perdus" dans leur projet professionnel.
Le métier que je faisais avant ne me plaît plus...
Je ne parle pas des jeunes que nous orientons depuis des années et qui n'ont aucune idée de la notion de "marché du travail". Je parle bien de personnes qui se reconvertissent, que ce soit parce qu'ils ont un dégoût de leur ancien métier, suite à un burn out ou par contrainte physique.
Pour eux (et pour les jeunes aussi d'ailleurs), il existe l'enquête métier : c'est le fait de découvrir un métier en interviewant un professionnel qui pourra lui donner un éclairage sur ce qu'il fait. Le problème ? Cet éclairage est subjectif, donc sujet à interprétation. Eh oui, tout le monde a tendance à idéaliser son métier de rêve ou celui qu'il voulait faire quand il était petit... Or, la réalité est toute autre ! Aussi, pour objectiver un peu plus le choix, existe-t-il le stage d'immersion. Appelé PMSMP par Pôle Emploi (période de mise en situation en milieu professionnel), cette convention tripartite permet d'observer un métier de l'intérieur et d'avoir un regard plus objectif.
Une idée magnifique, une réalité bien plus morose
L'idée est évidemment intéressante. La réalité ? Les entreprises ne connaissent pas cette possibilité et ne souhaite pas s'y engager : pas de tuteur pour accompagner les candidats ou perte de temps pour les employeurs, les raisons sont nombreuses, au point que certains font payer ces périodes d'immersion (on parle entre 200 et 500 € pour une semaine), sachant que les PMSMP sont gratuites pour les demandeurs d'emploi.
Faut-il mettre en avant un changement de paradigme ? Quand je vois le manque de personnels dans certains domaines de métiers, je me pose la question d'une opération visant à promouvoir ces postes en tension. S'il n'y a pas de volonté de la part des branches, les structures elles-mêmes pourront-elles communiquer efficacement ? La réponse peut être affirmative, à condition qu'elles y mettent les moyens humains, tout en ne mentant pas sur les inconvénients des métiers, avec pour risque d'être contre-productifs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire