lundi 24 février 2014

Les histoires d'Intégration finissent mal... en général




Un nombre encore important d'entreprises n'ont pas formalisé de programme d'intégration. Pourtant, on se rend compte que l'intégration d'un collaborateur existe... mais elle est organisée, "vite fait", par le manager. Et certains s'en sortent très bien ! En effet, si le lien avec le N+1 est primordial, alors l'employé s'y sentira bien et voudra y apporter son expertise.

Sauf que le manager n'a pas appris à manager l'intégration. D'ailleurs, est-ce bien son rôle ? On peut imaginer que oui, dans la mesure où il est le rouage direct permettant la mise en place d'une relation de confiance entre le collaborateur et l'entreprise. Néanmoins, sans une bonne "huile" dans ces rouages, la machine risque de se gripper.

Les exemples d'une intégration ratée sont nombreux : accueil non préparé en amont (pas de bureau, pas de matériel...), le jour même (qui accueille ? qui forme ?...) et en aval (sollicitation régulière du nouvel arrivant pour avoir un retour de son expérience, voire de la corriger). J'avais lu une étude qui affirmait que 50% des nouveaux collaborateurs pensaient à partir de leur nouvelle structure, un mois après y être entré. Je n'ai jamais eu la réponse sur cette question lancinante : "Combien l'avaient-ils réellement fait ?"

En tout cas, force est de constater que ce chiffre est énorme et il nous donne à nous interroger sur la nécessité d'une mise en place d'un parcours d'intégration. Car ce projet nécessite qu'il soit mûrement réfléchi, d'abord par la Direction, puis piloté par les Ressources Humaines et son service Communication, s'il existe.

lundi 17 février 2014

Candidats : Affichez votre expertise et soyez présents sur les réseaux !

Bon ! Cela faisait plus de deux ans que je n'avais écrit sur mon blog ! Moi qui n'arrête pas de dire à mes candidats (et certains, j'espère, se reconnaîtront) qu'il faut organiser sa visibilité sur les réseaux sociaux, je suis devenu l'exemple à ne pas suivre ! Mea culpa ! Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Alors, j'aurai pu vous répondre que j'ai un travail, qu'il me prend beaucoup de temps (c'est vrai) et que je voudrais bien m'occuper un peu plus de ma famille. Fausses excuses ! Faire une veille sur son métier et son évolution, participer à l'élaboration de nouvelles façons de faire les choses sont devenus indispensables pour améliorer notre productivité et notre rendement. C'est comme s'entraîner pour être performant les jours de match !

Alors, je reprends l'entraînement... Et croyez-moi, au début, c'est dur ! Mais soyez sûrs que c'est comme le vélo : cela ne s'oublie pas ! En outre, on ne vous demandera pas d'écrire sur quelque chose que vous ne savez pas faire : c'est votre métier, votre expertise qui devront être mis en avant !

La philosophie de l'éducation en France nous apprend que nous sommes passés par plusieurs périodes : faut-il créer des citoyens qui apprennent les mêmes choses ou des individualités dont les connaissances sont infinies ? Entre éducation et apprentissage, mon choix, dans ce cadre (et uniquement dans celui-ci), est fait : j'ai besoin de rencontrer des personnalités, celles qui font que j'aime le champs des Ressources HUMAINES !