mardi 21 octobre 2014

Une vision du Onboarding : Recruter en mode fun !


Les événements organisés par Link Humans sont toujours des sources d'inspiration. J'ai encore le souvenir de mon premier #TruParis où l'un des thèmes abordés traitait de la façon de séduire les candidats : "Séduire sans mentir, est-ce possible ?"

Le 14 octobre 2014, un des sujets du RMSConf déclinait ce concept : "le Recrutement en mode fun". Les modératrices avaient un intérêt particulier à présenter ce sujet : Camille ZOPPARDO est Chargée de Communication Candidats et Marque Employeur chez Mazars et Laure ROCALVE est Chargée de Communication Digitale chez BNP Paribas.

Mini série "les Mazariens" sur Facebook

Deux entreprises que d'aucuns pourraient considérer comme... "pas très fun" : les métiers de la banque et de l'audit sont parfois (à tort ?) vus comme des métiers stricts... Il était donc intéressant de voir comment les RH pouvaient surfer sur cette vague.

La première question posée fut celle de la relation avec la marque employeur : si le "fun" ne fait pas partie de vos valeurs, faut-il l'utiliser pour recruter ? A cette question, une seule réponse : OUI !
A condition :
  • d'être en accord avec ses valeurs. Même si l'entreprise se doit d'être sérieuse, en particulier vis-à-vis de ses clients, elle doit s'autoriser à avoir des moments "plus fun" en interne, afin de remobiliser les troupes.
  • de ne pas aller trop loin. A ce titre, l'exemple donné par Anne-Claire LONG, HR Manager chez Michel et Augustin, est parlant : si la marque corporate et la marque employeur sont "décalées" et que les CV envoyés débordent d'imagination (en voici quelques exemples sur cette page), l'entreprise n'en exige pas moins d'un candidat qu'il soit volontaire, responsable et qu'il sache être sérieux quand le besoin s'en fait sentir !
Le vrai CV en béton d'un candidat (finalement recruté), chez Michel et Augustin

De là à dire que le recrutement en mode "fun" est un moyen de séduire les futurs candidats, mais qu'il peut être à double tranchant car il aura tendance à attirer des "rigolos", est une limite que je ne franchirai pas. Il faut savoir ménager le sérieux des valeurs de l'entreprise et la nécessaire convivialité entre les collaborateurs, les managers et la direction d'une structure. Une subtile façon de mélanger les ingrédients afin d'élaborer un Onboarding !


lundi 13 octobre 2014

Les 4 raisons de construire un programme d'Onboarding



Mettre en place un programme d'Onboarding de nos jours n'est pas chose aisée. Certains vous répondront : "Je n'en ai pas besoin !". En effet, avec la crise, ce sont les employés qui doivent s'adapter, sous peine d'être au chômage. Donc, le recrutement se fait, les gens s'adaptent sinon...

Or, la pénurie des talents est pour bientôt ! Voire, dans certains secteurs, elle est déjà là ! Afin donc d'anticiper cette logique, voici les 4 raisons pour lesquelles vous devriez construire un programme d'Onboarding.



Vous positionner en tant qu'employeur


Les valeurs de votre entreprise sont un des nombreux moyens de vous faire connaître. En effet, pourquoi un futur collaborateur déciderait-il de venir chez vous plutôt que chez votre concurrent ? Réponse : parce qu'il va s'identifier à vos valeurs ! 
Et vous ? Qui êtes-vous ? Un pédagogue ? Un entrepreneur ? Une personne sociale ?
Quelle type de structure voulez-vous proposer ? Une entreprise apprenante ? Une structure qui fidélise ses salariés ?

De ces premières réponses découleront votre envie de vouloir travailler avec certaines personnalités plutôt que d'autres...



Attirer les meilleurs talents


Or, des personnalités, il y en a pleins ! Et votre objectif est de pouvoir choisir les meilleures ! Afficher vos valeurs ne sera donc pas suffisant. Il va falloir également séduire. Séduire... Ce mot n'est pas si innocent. J'ai déjà écrit un article à ce sujet qui démontre à quel point le lien de séduction est important des deux côtés.
La mise en place d'une marque employeur n'est qu'une des clés du succès de ce point. Il faudra également conduire une politique ambitieuse de recrutement, en particulier avec les personnes qui ne seront pas recrutées, source de commentaires négatifs.



Réduire le turnover


Le recrutement coûte cher ! Nous n'allons pas parler chiffre ici, mais si une dépense peut être évitée, c'est bien celle-ci ! Si vous souhaitez convaincre un décideur de mettre en place un programme d'Onboarding, parlez-lui de réduction du turnover, chiffres à l'appui ! Non pas que le reste ne soit pas important, mais la variable "turnover" est une donnée tangible qui peut être améliorée.



Engager vos collaborateurs


J'ai déjà parlé lors d'un précédent article du côté illusoire de la fidélisation des collaborateurs. Savoir engager ses collaborateurs de nos jours est une pratique qui devient de plus en plus évidente : il s'agit en effet, comme l'a démontré cette enquête de Silkroad, de favoriser le sentiment d'appartenance... et de rendre les employés productifs plus rapidement ! 
Engager les collaborateurs, c'est à la fois les intégrer dans cette grande famille qu'est votre structure tout en favorisant la mise en route des compétences nouvelles afin de développer l'entreprise.